50 ans d'initiatives

1999
Edition de la Charte Nature & Progrès : un idéal commun qui unit tous les adhérents. Cette charte est le prélude de la démarche d’accompagnement et d’amélioration des pratiques établie dans les Systèmes Participatifs de Garantie

Professionnels et
consommateurs unis dans un projet commun

2000 : Campagne « Sauvons nos marchés » qui dénonce les normes imposées aux petits producteurs sur nos marchés de plein vent.

2003
semences paysannesCréation du Réseau Semences Paysannes, dont Nature & Progrès est partie prenante

2004
IFOAM reconnaît la légitimité des Systèmes Participatifs de Garantie (SPG) tels que pratiqués par Nature & Progrès ; systèmes de garantie alternatifs à la certification par tiers, basés sur l’échange et la transparence

2009 : Mise en application d’un nouveau règlement européen pour la Bio. Il s’éloigne du projet initial de la Bio pour construire un marché de niche pouvant cohabiter avec les Ogm.
L’agriculture biologique entre dans une phase de récupération qui la réduit à une promesse commerciale.

2010 : la FNAB prend l’initiative d’une nouvelle marque privée : Bio Cohérence, en réaction au nivellement par le bas de la Bio officielle.Bio Cohe¦ürence

2011
Les cahiers des charges de Nature & Progrès sont, après une analyse détaillée, reconnus comme Bio et rejoignent la IFOAM Family of standards

2012
le Réseau Biocoop reconnaît la qualité des produits garantis par le SPG de Nature & Progrès. Les produits N&P non certifiés bio sont désormais disponibles en Biocoop en toute transparencebiocoop

2013-2014 : Nature & Progrès interpelle les pouvoirs publics sur leur mauvaise lecture de ce qu’est l’agro-écologie et garde le cap (voir encadré « les combats de Nature & Progrès ci-contre).

Les représentations
de Nature & Progrès

Cofondatrice d’IFOAM (la Fédération internationale des Mouvements d’agriculture biologique) et du Réseau Semences Paysannes, Nature & Progrès est aussi membre d’IFOAM France, et de l’ITAB (Institut technique de l’agriculture biologique).
Nature & Progrès siège également au grand conseil d’orientation de l’Agence bio.

Les combats
de Nature & Progrès

Nature & Progrès est mobilisée avec le collectif Semons la biodiversité pour informer les élus sur les évolutions réglementaires nécessaires au maintien de la biodiversité cultivée dans les fermes.
Nature & Progrès agit en justice pour maintenir l’interdiction de culture des OGM en France.

Nature & Progrès s’inscrit dans toutes les actions qui luttent contre l’appropriation du vivant par des intérêts privés.
Nature & Progrès dénonce l’ineptie des normes imposées aux paysans et artisans, vecteur de leur disparition au profit des outils de production industriels.
Nature & Progrès promeut les alternatives aux pesticides que sont les préparations naturelles peu préoccupantes et donne la parole aux lanceurs d’alertes qui démontrent la dangerosité de l’usage généralisé des pesticides.
Nature & Progrès se positionne également en faveur de l’installation de jeunes agriculteurs nombreux dans nos territoires, gage d’une relocalisation de nos productions alimentaires et artisanales, gage de notre souveraineté alimentaire.
Au lieu du commerce au loin, flux de marchandises désincarné, la vente directe favorise l’échange entre personnes, réduit les transports et crée du lien social.
Face au « bio anonymat », N&P propose une identification claire des produits avec le nom du producteur et du transformateur sur l’emballage et un questionnement permanent sur l’origine des matières premières.