nature et progrès ?

professionnels

associations

à la une ... archives ... Lire des extraits ... abonnement

la revue N&P

la librairie

l’agenda

l’actualité

liens utiles

contact

 

 

 

 

Du monde machine aux transhumains

juin - août 2016 - n° 108

 

Le 11 septembre 2014, le parlement français a adopté la LAAAF (1) qui reconnaissait définitivement, après bien des péripéties, un grand nombre de PNPP (2) (tisanes, décoctions, purins, argile, vinaigre blanc…) comme “biostimulants”, les excluant de la catégorie des “produits phytopharmaceutiques” dans laquelle ils étaient classés. Mais en octobre 2015, l’association ASPRO PNPP (3) constate que les décrets d’application sur cette question ne sont toujours pas publiés. Ils se font attendre?!
Il faudra des lettres ouvertes, en février 2016, destinées aux deux ministres (Agriculture et Écologie) pour qu’enfin les décrets soient publiés le 30 avril. Après plus de dix ans de combat, ils auraient dû permettre aux agriculteurs, arboriculteurs, maraîchers… ainsi qu’aux collectivités locales d’utiliser ces alternatives en toute légalité. Mais hélas, le compte n’y est pas?: seuls 100 produits sur la liste des 800 présentés par les professionnels sont pour l’instant autorisés. Déception?! Pour Joël Labbé, sénateur du Morbihan, auteur de la proposition de loi “zéro phyto”?: «?Il est impératif de poursuivre le travail engagé sur la liste des plantes autorisées, afin que se généralisent les alternatives aux pesticides, pour la préservation de la santé humaine et de l’environnement?».
Et pendant ce temps, au niveau de l’Europe, la bataille autour du glyphosate fait encore rage?; son autorisation expire à la fin du mois de juin. La Commission européenne a dû reporter en mars un vote sur sa proposition de prolonger l’autorisation de l’utilisation du glyphosate (4) pour quinze ans. Puis en mai, la Commission européenne a dû surseoir au vote d’homologation?; en effet, des pays européens, dont la France, ont rejoint le camp des opposants à cette substance soupçonnée d’être cancérigène. Mais les avis scientifiques divergent, le CIRC (5) l’a classée en 2015 comme, “cancérogène probable pour l’Homme”?; l’EFSA (6) a répliqué que l’effet cancérogène du glyphosate était “improbable”, ceci sur la foi des études fournies par la Glyphosate Task Force regroupant vingt-trois firmes le commercialisant?! Des députés européens ont alors découvert que pour rendre ses avis, l’EFSA s’en remettait aux études fournies par les industriels, études bien évidemment non publiques, car protégées par le secret industriel. Que c’est affligeant?! Cancérologue et sommité “états-unienne”, Christophe Portier, membre du CIRC, a adressé à la Commission européenne un texte signé d’environ une centaine de cancérologues, réfutant l’avis “trompeur” de l’EFSA, dénonçant une procédure «?scientifiquement inacceptable?» et opaque. La réplique de Monsanto ne s’est pas fait attendre et évoque la “science poubelle” de l’OMS. L’affaire a dépassé la contestation écologique et citoyenne ainsi que la controverse scientifique.
Alors qu’à Bruxelles le débat est vif à propos du glyphosate, il l’est tout autant à Paris avec l’interdiction des insecticides à base de néonicotinoïdes inquiétants pour la biodiversité, qui tuent les abeilles et d’autres insectes pollinisateurs essentiels pour notre alimentation et notre santé. Lors des débats en mars, l’Assemblée Nationale avait voté en deuxième lecture, de justesse toutefois, leur interdiction, sans dérogation, à partir du 1er septembre 2018.
Ont-ils été bannis de France pour autant??
Début mai, en deuxième lecture, le sénat a “retoqué“ cette mesure. L’UNAF?(7) dénonce alors un double langage du côté du Ministère de l’Agriculture?: des discours sur l’agroécologie, mais des autorisations de mise sur le marché des néonicotinoïdes. Cette “valse hésitation“ relance les interrogations sur les conflits d’intérêts entre citoyens, défenseurs de l’environnement et scientifiques d’un côté, et élus, lobbies économiques et représentants de l’agriculture industrielle de l’autre.
Existe-t-il des alternatives à l’usage de ces produits “tueurs”??
De nombreux paysans, dont ceux de Nature et Progrès pratiquent ces alternatives. Des rotations longues, une gestion agronomique appropriée, des méthodes de “biocontrôle” (sans les dévoyer), sont efficaces. Les pollinisateurs rendent des services vitaux aux écosystèmes?; la production alimentaire mondiale dépend d’eux et leur valeur économique est difficilement chiffrable. Notre projet d’agroécologie biologique et paysanne entend marier contestation, propositions et alternatives en phase avec les attentes de la société. Notre manière d’être paysans, de produire et notre éthique de consommateurs contribuent à alimenter le débat sur les finalités des progrès scientifiques et techniques.
Éliane Anglaret, Présidente de Nature & Progrès


1- LAAAF?: Loi pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt
2- PNPP?: Préparations naturelles peu préoccupantes
3- ASPRO-PNPP?: association pour la promotion des Préparations naturelles peu préoccupantes – aspro-pnpp.org
4- Glyphosate?: matière active du désherbant Round-up de Mosanto
5- CIRC?: Centre international de recherche sur le cancer
6- EFSA?: European Food Safety Authority (Autorité européenne de sécurité des aliments)
7- UNAF?: Union nationale de l’apiculture française


 

 






Eliane Anglaret
Présidente de Nature & Progrès

Le sommaire

Lecture : Accompagner le cancer Dans l’ouvrage “Cancer, un accompagnement qui change tout !”, les docteurs Alain Dumas et Éric Ménat proposent un véritable approche croisée entre thérapeutique conventionnelle et médecines douces.

Solidarité : Quel avenir pour les Bushmen au Bostwana ? Privés d’accès à leurs terres ancestrales, les Bushmens du Kalahari central survivent aujourd’hui dans des camps de relocalisation. Retour sur une spoliation organisée, en dépit des résolutions adoptées par la Haute Cour du pays.

DOSSIER  :Le parlement des choses : de la smart city à la smart planète

DOSSIER  :Vers une agriculture déshumanisée : la robotisation destructrice de l’agriculture paysanne

DOSSIER  :Enfants génétiquement modifiés : reproduction artificielle et humanité à deux vitesses

DOSSIER  :Transhumanisme et cannibalisme

Santé : Rina Nissim, sorcière des temps modernes Du mouvement self-help aux centres de soins, portrait d’une infirmière naturopathe qui a accompagné les femmes a devenir de véritables actrices de leur santé.

Faites-le vous-même : Les ruches de biodiversité

Cuisine : Les recettes biogourmandes de Valérie Cupillard La framboise

Petites annonces et abonnement

Ecologie, agriculture bio, économie solidaire... La revue Nature & Progrès fait le point tous les deux mois sur l’actualité.
Reportages, interviews, dossiers sensibles (OGM, nucléaire, incinération...), éco-construction.
Tout cela en fait un outil précieux d’information sur le monde de l’agroécologie.

Des nouvelles du monde rural, des alternatives, de l’alimentation et de la distribution... car Nature & Progrès se veut engagée dans une réflexion
globale sur la mondialisation, le commerce et la décroissance. Ses rubriques courrier, agenda et livres en font aussi un carrefour de communication.
La revue est principalement diffusée par abonnement, ainsi que par un système de dépôt-vente (voir les modalités).


Abonnez vous pour vous informer autrement

Abonnez vous pour que vive la revue

Abonnez vous pour soutenir nos actions !!!

Rédactrice en chef

Secrétariat de rédaction

Abonnement

nature et progrès - 13, Boulevard Louis Blanc - 30100 alès - 04 66 91 21 94