Demeter versus Demeter, le Ministère de l’Intérieur entretient la confusion

Fin 2019, le Ministère de l’Intérieur crée un service de renseignement censé prévenir les agriculteurs des groupes activistes qui opèrent dans leur département. Cette cellule de gendarmerie, baptisée Demeter, est dirigée en association avec les syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs. L’objectif de cette cellule est de protéger le monde agricole des actes délictueux commis par les militants animalistes et anti-spécistes radicaux , “…mais en filigrane, les associations et militants critiques du système agricole dominant sont aussi concernés” analyse le magazine Reporterre dans un article poussé sur la question.

Autre originalité, le nom de cette cellule “Demeter” qui est, d’abord et avant tout, la marque de l’agriculture biodynamique. Tout comme Nature & Progrès, la marque et le mouvement Demeter ont été parmi les premiers à défendre l’agriculture biologique en Europe.

Demeter a été créée en 1932 par des agriculteurs allemands souhaitant identifier, valoriser et surtout protéger leurs pratiques de l’agriculture biodynamique. Aujourd’hui, Demeter est une marque représentée dans 62 pays, sur tous les continents, avec une notoriété forte dans plusieurs pays et un nombre d’adhérents en constante augmentation. Elle regroupe 7382 adhérents dans le monde (dont près de 1.000 en France) pour plus de 200.000 hectares nécessairement cultivés en biodynamie.

Demeter, après plusieurs sollicitations du Ministère de l’Intérieur restées sans suite, conclut à une confusion volontairement orchestrée et saisit la Justice française pour l’usage illégitime de la marque Demeter.