L’autonomie alimentaire ne se fera pas sans plants ni semis!

Si les autorités semblent peu à peu comprendre l’intérêt pour la population de maintenir ouverts des lieux de vente de produits paysans, cela ne concerne que les denrées alimentaires.
Les plants et semis, pourtant nécessaires à la production alimentaire, sont les grands oubliés de ces mesures! Un problème d’autant plus chaud que c’est en ce moment que les pépiniéristes réalisent le plus gros de leurs ventes annuelles auprès des paysans et jardiniers pour qui le temps est venu de planter.

Pour l’instant, la vente de semis et plants potagers en drive et en livraison est autorisée pour les particuliers et les professionnels.
Une demande a été faite au niveau national pour la réouverture des jardineries et pour permettre aux pépiniéristes de vendre sur les marchés. Certains préfets l’autorisent déjà sur leur territoire : c’est notamment le cas de la Corrèze et du Lot.

Comme pour la vente de produits alimentaires, on voit alors apparaitre sur le net des initiatives de mise en réseau. Comme par exemple cette carte interactive qui permet de localiser et contacter les pépiniéristes qui s’y sont inscrits :