N°54
OGM : mensonges et propagande

6,00

Date de publication : 09-10-2005
Rédacteur : Guy Kastler
Fonction du rédacteur : chargé de mission à Nature & Progrès

Sommaire :

En question : les essais d’Ogm médicaments en plein champ se justifient-ils ?
Dossier : les Ogm dans l’alimentation européenne
Dossier : Europe, sans son masque, le roi Ogm est nu
Dossier : Roumanie : la dernière carte d’un monde paysan
Dossier : quelles alternatives aux Ogm dans le Tiers-Monde
Dossier : la menace des arbres forestiers transgéniques
Rencontres bio : programme des conférences du salon Marjolaine
Végétal : les légumes racines
Ecologie appliquée : le rallye solaire Phébus 2005
Jardinage
Agenda

UGS : 23 Catégorie :

Description

” Les OGM ou la Bio, il faut choisir ‘ disions-nous hier. Aujourd’hui, la Bio est devenue la sentinelle qui entraînera avec elle, si elle tombe, toutes les agricultures paysannes, vivrières et de qualité, la santé, l’environnement et la liberté des peuples.

Issus d’une pensée qui veut dominer tout ce qui vit sur terre, les OGM remplacent la collaboration de tous avec tous, par la guerre de tous contre tous (1). La recette est simple : ‘ J’introduis un transgène dans une semence qui ne poussera que si le paysan achète les pesticides que je produis, et pratique une agriculture industrielle destinée aux marchés que je domine. Le brevet me donne tous les droits sur la reproduction du transgène capable de transgresser l’intégrité d’autres organismes vivants pour y pénétrer. ‘
Le bénéfice est immense : ‘ Avec ma semence, le paysan achète mes pesticides, je peux lui imposer par contrat l’acheteur de sa récolte, je peux lui interdire de ressemer une partie de sa récolte ou lui imposer le paiement de royalties. Quittant son champ, mon transgène ira se reproduire dans le champ du voisin qui n’a pas voulu acheter ma semence. A son tour, ce dernier sera soumis à ma volonté. Demain, tous les paysans auront perdu leurs semences et cultiveront celles que je vends, ils pratiqueront l’agriculture industrielle que j’impose, les peuples ne mangeront que ce que je voudrai bien leur faire manger… si je veux qu’ils mangent. Adoré comme le bienfaiteur qui apporte la nourriture, je serai riche et dominerai la planète “.

Ce rêve fou, qui paraît caricatural quand on en rassemble ainsi tous les morceaux, est bien celui des promoteurs des biotechnologies. Mais pour qu’il se réalise, ‘ encore faut-il que les paysans achètent mes semences et que je fasse voter les lois protégeant mes royalties. Pour vaincre leur réticence, je commence par donner mes OGM avec l’aide alimentaire dans les pays pauvres, ou sous prétexte de promotion. Pour le brevet sur le vivant, ou une protection équivalente de la propriété intellectuelle, l’Organisation Mondiale du Commerce les a rendus obligatoires, l’affaire est donc en bonne voie. Si les peuples continuent à se méfier, je sors de mon sac des lois dites de ‘biosécurité’ prétendant mieux protéger la santé et l’environnement. Comme c’est moi qui évalue les risques, s’il y en a, je les cache. Cette méconnaissance des risques rassure les gouvernements qui ferment les yeux. Si cela ne suffit pas, je peux aussi mettre en scène des ‘essais ‘ de recherche scientifique en promettant de sauver le monde de la faim ou de soigner des malades incurables (2). Comme ces essais et le marché noir contaminent les semences et les cultures, et que les Etats ne veulent pas se mettre hors-la-loi, ils doivent alors adapter leurs lois existantes à mes dérives, pour assurer la co-existence entre les cultures déjà contaminées et les autres. Je peux ainsi vendre légalement mes semences qui détruisent les leurs “.

Entre temps les récentes découvertes scientifiques ont abattu le ‘ dogme central ‘ de la biologie moléculaire : l’A.D.N. n’est plus le secret de la vie, il ne détermine pas à lui seul le code des protéines, le génome est fluide et interactif (3). Le brevet n’a plus de raison d’être et les possibilités de recombinaisons génétiques génèrent d’immenses risques imprévisibles pour la santé et l’environnement. ‘ Qu’importe, j’interdis aux scientifiques de publier leurs résultats, je coupe les financements et organise la diffamation de ceux qui me contredisent, puis je menace les politiques de délocalisation pour l’industrie et la recherche “.

Malgré ces plans diaboliques, l’agriculture biologique couvre encore, dans le monde, deux fois plus de surface que les OGM et ces derniers ne sont toujours pas cultivés massivement en Europe ni dans de nombreux pays. La prise de conscience des peuples saura-t-elle les arrêter à temps?

Notes :
1 Lire ‘ OGM versus organic “, Matthieu Calame, page 24 25
2 Lire ‘De la patate douce au coton amer”, Cécile Rousseau, pages 32 et 33
3 Mae-Wan Ho, auteur de ‘Living with the Fluid Genome’